Risques pour les enfants et femmes enceintes

               Des précautions sont à prendre quant à l’utilisation d’une solution hydro-alcoolique chez les enfants en bas âge.  Une étude démontre qu’un réel risque de passage par voie cutanée de l’alcool contenu dans les solutions hydro-alcooliques existe chez le nourrisson en fonction des doses utilisées. Il est très important d’avoir conscience de la dangerosité d’une SHA pour un enfant en bas âge. En cas de doute il est préférable de demander conseil à son médecin. Un cas de brûlure néonatale accidentelle à l’isopropanol, a été relaté dans un article de Science Direct. Cet accident est survenu lors de la toilette du nourrisson par sa mère avec une serviette antiseptique. Les lésions provoquées par l’antiseptique ont évolué en décollement de la peau généralisé entrainant le décès du prématuré.

               Il semble évident de prévenir de la dangerosité des antiseptiques et de leur toxicité.  Ce cas est évidemment un cas isolé mais il est désormais interdit d’utiliser de l’isopropanol en néonatalogie. Concernant directement l’utilisation des solutions hydro-alcooliques chez les enfants, d’après l’Affsaps, les données actuelles ne montrent pas d’intolérance particulière des produits hydro-alcooliques dans des conditions normales d’utilisation mais ils doivent être appliqués sur peau saine, en respectant un nombre d’applications limité en fonction des besoins réels.

               Concernant les femmes enceintes, dans la mesure où l’absorption par voie cutanée est quasi nulle, il n’y a pas lieu de remmettre en cause l’utilisation d’une SHA durant une grossesse.  Toutefois, il sera recommander d’utiliser le produit hydro-alcoolique avec modération.

Les commentaires sont fermés.